lundi 25 août 2014

La fractale des raviolis

La fractale des raviolis
Pierre Raufast
Alma, 2014



"J'aurais du prendre cette décision beaucoup plus tôt.
Mais tuer son premier amour - fût-il le plus abject des êtres- mérite toujours un temps de réflexion, d'acceptation et de préparation. Ne pas le rater. Ne pas être soupçonnée. Ne pas perdre l'assurance-vie."

La vengeance est un plat qui se mange froid, mais pas lorsqu'il s'agit de raviolis. Cependant l'ingrédient ajouté à la recette ne doit pas être ingéré par l'innocent bambin de la voisine; alors que faire?

Encore un exemple de roman lu uniquement (ou presque) à cause du titre. Lu? Englouti en une toute petite soirée (jeudi, c'est raviolis) avec délectation. Il m'a fallu des nerfs d'acier pour résister à l'habile construction en récits enchâssés façon matriochka qui voyaient à chaque fois le dénouement d'un suspense quasi insoutenable renvoyé à plus loin. Ayant côtoyé les pestiférés, les rats taupes, les stratèges de l'armée, suivi les traces d'un fabuleux rubis, découvert le syndrome de Sheridan, fait connaissance de l'Arnaqueur des cimetières, enfin j'ai su si le petit Théo échappa à la mort raviolesque!

Premier roman d'un chouette conteur qui a de l'imagination sous la pédale. Une question demeure : qu'est devenu le rubis?

Les avis de L'irrégulière,

Merci à l'éditeur.

60 commentaires:

  1. On dirait que je suis la seule à ne pas dormir. Un peu normal, c’est le début de la soirée chez moi :-)
    Déjà, le titre me donne très envie de découvrir le livre. Ensuite, j’aime un peu beaucoup à la folie les raviolis!
    Les premiers romans sont souvent les meilleurs…
    À bientôt Keisha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, au Canada, je sais...
      Mes souvenirs de raviolis sont ceux de la cantine, mais je sais qu'on peut proposer mieux dans les assiettes!
      Merci de ta visite.

      Supprimer
  2. Un titre qui m'intriguait autant que toi, je sens que je vais le lire tôt ou tard celui-là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'avais repéré dans la "liste des parutions", va savoir pourquoi ^_^, et l'éditeur l'a proposé : comment résister?
      L'occasion de découvrir éditeur et auteur, ça j'aime bien.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Ah ça, on ne peut le rater! ^_^ Fractale plus raviolis, j'ai craqué!

      Supprimer
  4. Décidément il commence à m'intéresser, ce livre ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui... J'espère qu'il aura plein de lecteurs, il le mérite.

      Supprimer
  5. Sur ma liste depuis le billet de l'Irrégulière, ton billet me confirme l'envie de découvrir ce roman qui sort des sentiers battus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est bien d'accord, avec L'irrégulière... J'aime bien ce type de découvertes.

      Supprimer
    2. Découvert et aimé ! :D Un titre bien sympa de cette rentrée !

      Supprimer
    3. Exactement, il file la pêche, amuse, détend, voilà qui nous change un peu de certains romans... J'ai découvert ce matin avec plaisir qu'il était à la bibli.

      Supprimer
  6. Je l'ai lu, billet à venir ( un jour)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouarf! (tiens, je viens d'écrire deux billets ce matin!)

      Supprimer
  7. avec un titre fait pour un prof de maths !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu penses bien que ça m'a attirée... même si je parle de matriochkas (et d'autres de poupées gigogne)

      Supprimer
  8. Bon ben voilà, un livre de plus dans ma liste. Il fut dire qu'avec un titre pareil...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est ce pas, le titre fait mouche (pour nous en tout cas) mais l'intérieur est bien aussi, ça compte.

      Supprimer
  9. Réponses
    1. Ne t'inquiète pas, j'aurais complété dans ma tête. ^_^

      Supprimer
  10. C'est malin... J'hésitais mais là... j'ai une subite envie de raviolis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention... pas empoisonnés...
      Bonne lecture!

      Supprimer
  11. J'aurais pris au titre également, mais en plis avec ta bénédiction, c'est inéviatble

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'irrégulière a connu aussi une bonne dégustation.

      Supprimer
  12. En effet, rien que le titre fait envie. Mais c'est une constante chez cet éditeur j'ai l'impression.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas trop l'éditeur (sauf pour les Thomas Vinau, je crois) mais j'ai tendance à fouiner vers chez eux, souvent ils sont moins frileux!

      Supprimer
  13. Un premier roman plein de talent, c'est certain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes d'accord! Gros plaisir de lecture, aaaaaaaaah!

      Supprimer
  14. Deuxième critique qui pourrait me convaincre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est garanti, M'sieur l'agent, on ne s'est pas consultées... ^_^

      Supprimer
  15. Sympa comme tout on dirait, même si les raviolis et moi ça fait deux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai connu une cantine où on proposait raviolis (en direct de la boîte) accompagnés de pâtes, mais il paraît que ça c'est arrangé depuis.
      Quant aux raviolis du roman, ils avaient l'air délectables avant d'être mélangés avec des substances létales.

      Supprimer
  16. Ca a l'air assez déjanté non ? Pour le titre, ça parle plus au scientifique qu'aux littéraires :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, pas déjanté, mais extrêmement bien construit et mené. Garanti sans mathématiques (je dirais que c'est la construction) (mais avec raviolis)

      Supprimer
  17. Tu sais nous ouvrir l'appétit, encore que les raviolis ne sont pas mon plat préféré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A moi non plus (quoique certains fait maison...) ^_^

      Supprimer
  18. lundi c'est ravioli! le titre ne m'aurait pas attirée mais puisque tu le dis!

    RépondreSupprimer
  19. Je connais les raviolis, je découvre les fractales , pourquoi ne pas goûter ce mélange que tu sembles avoir apprécié

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les fractales font sûrement référence à la construction du roman, les raviolis, euh, se dégustent ...

      Supprimer
  20. Quel titre ! Bon, je le mets dans ma liste des "pourquoi pas ?" - s'il croise mon chemin et que j'arrive à le caser.;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais forcément repéré le titre il y a fort longtemps, dans une liste "rentrée littéraire". Si tu le croises (si tu le veux) pas de souci, il se lit dans une fin d'après-midi plus soirée, en fait...

      Supprimer
  21. pareil que "a girl from earth" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te fais la même réponse alors? Au moins, si tu le vois, tu aura un avis pour l'emprunter.

      Supprimer
  22. Le titre est alléchant ! Je ne suis pas très originale mais je dirais : pourquoi pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une vraie bouffée d'air frais dans cette rentrée littéraire!

      Supprimer
  23. Second billet enthousiaste que je lis sur ce roman, va falloir que je me lance !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tenir le lecteur en haleine en racontant des histoires...

      Supprimer
  24. Je viens justement de le noter. Comment résister à ce titre?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment, oui? De plus le livre est vraiment sympa à lire.

      Supprimer
  25. Un premier roman qui a l'air sympathique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il se fraiera son chemin dans la jungle de la rentrée...

      Supprimer
  26. C'est vrai que le titre est génial !

    RépondreSupprimer
  27. En voilà une idée que je pratique aussi régulièrement, lire pour un titre. Méfiance, depuis le succes du fakir j'ai un peu peur que le truc ne soit éventé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu le fakir...
      Mais là, je pense que ça devrait te convenir!

      Supprimer
  28. Sans doute que pour un premier roman, le titre est encore plus important. Pourtant je déteste les titres trop racoleurs, notamment ceux à rallonge ou les titres un peu ridicules comme "La singulière tristesse du gâteau au citron" (je ne sais pas du tout ce que c'est, mais ce titre me fait fuir). En revanche celui-ci a sur moi un pouvoir d'attraction certain...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il faut un titre qui frappe, au milieu de touts ces bouquins qui sortent. La couverture est sobre. Bon, moi ça ne me dérange pas, je n'aime pas les trucs racoleurs, bandeaux rouges et tout le tralala.
      Pour le gâteau au citron, se référer au titre original. Qui est le même, à savoir The Particular Sadness of Lemon Cake
      Ici le titre est finalement court, il y a des raviolis, et la construction aurait-elle un rapport avec les fractales? A étudier.

      Supprimer
  29. Bonsoir Keisha, le roman est sympa comme tout, mon souci est que je n'ai retenu que le début et la fin. En revanche, je lirais bien La variante chilienne. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ris! Je me souviens de la construction, et quand même d'autres choses, surtout que l'auteur a dessiné un rat taupe dans sa dédicace...

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!