samedi 20 février 2016

Soif de musique

Soif de musique
Romel
Daphnis et Chloé, 2016


Ce roman inconnu d'un auteur inconnu s'est matérialisé dans ma boîte à lettres sans crier gare mais je lui ai fait subir le même sort qu'aux autres, à savoir lui donner sa chance. La narration est au présent, en phrases courtes et vives, mais après un (petit) moment d'adaptation j'étais cuite et j'ai dévoré ce roman avec un immense plaisir.

En concert j'essaie de me placer un peu à l'aile gauche de la salle, histoire de voir courir les mains du pianiste sur les touches (dernier coup de cœur, Gaspard Dehaene avec un Ravel habité), alors autant dire que ce roman m'était destiné!

J'ai donc suivi les premiers pas d'Hector, enfant virtuose ne vivant que pour le piano (et, hum, il est aussi doué en mathématiques), fils d'une pianiste assez vite dépassée par les dons de sa progéniture et souffrant de leur éloignement, et d'un chef d'orchestre attentif, de bon conseil et muni bien sûr d'un beau carnet d'adresses. Le talent d'Hector ne sera pas gâché, il aura les bons maîtres et les bons guides, entre autres un immense russe flamboyant turbinant à la vodka.
"Il fallait voir Claudio Arrau courir au piano, le prendre à bras le corps. Il fallait voir Wladimir Horowitz flatter son Steinway comme un pur-sang rétif qu'il allait maîtriser, mener pendant deux heures sur les obstacles les plus extrêmes."

J'ai adoré pénétrer dans l'intimité d'un instrumentiste, son travail acharné, ses recherches, ses doutes, son trac, ses fulgurances. La préparation au Concours International Tchaïkovski à Moscou, une partie passionnante du roman. Puis la carrière internationale. Et toujours le travail, éreintant, l'évolution, la quasi perfection, et puis?
"Comme un bœuf couché dans l'herbe de sa prairie, je rumine mon Beethoven. En musique comme en algèbre, les intuitions existent. De nouvelles émotions à faire surgir de Beethoven. Je les sens, je trouverai."

Romel parle merveilleusement bien de musique, et son roman a parfaitement résonné en moi. Durant ma lecture j'ai particulièrement pensé à Mior et Anne ...

"Des suites de calcul nous émeuvent par leur esthétique. On peut les expliquer, alors elles finissent par devenir banales. Mais pourquoi une suite de sons, une simple mélodie, nous émeut plusieurs siècles après leur composition?"

28 commentaires:

  1. S'il fallait répondre rapidement à la question, je dirais que l'ouïe va droit au centre des émotions primitives (c'est un peu comme le vision d'une jolie femme ou d'un bel homme), alors que les belles structures intellectuelles passent d'abord par le filtre d'une analyse préalable.
    Il y a pourtant des liens évidents entre musique et mathématiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup votre explication sur l'ouïe! Et quand je parlais de 'belle -ou élégante-démonstration' en mathématiques j'obtenais souvent des regards peu convaincus...

      Supprimer
  2. Il était fait pour toi ce roman en effet ; pour moi, je ne sais pas, il n'y a pas urgence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Assez épais, mais très aisé à lire, je ne m'attendais pas à ce qu'il me plaise autant.

      Supprimer
  3. J'ai toujours eu des déceptions avec les romans sur la musique... Peut-être que je ne la comprends pas (que ce soit l'aspect technique, émotionnel etc... Pourtant, je joue du piano)mais cela ne m'empêche pas d'apprécier l'Opéra ! Et tant qu'à faire, je préfère aller voir un vrai concert...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh tu joues du piano! ^_^
      Je suis aussi fan d'opéra, et de musique en général, le vrai concert, c'est incomparable!

      Supprimer
  4. est ce que tu as mis sur ta boîte aux lettres: "accepte de lire tout livre ayant un intérêt pour moi et mon blog"? Moi j'ai mis "pas de publicité" , merci et j'ai moins de surprises romanesques , je lirai volontiers ce livre (tu ne le ferais pas voyager par hasard?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai absolument rien indiqué et ne cherche pas les SP forcément (mes deux biblis font le travail, et après lecture plus rien ne reste sur les étagères ^_^). On va dire que là c'est bien tombé. En fait l'éditeur avait mon adresse pour un autre livre (proposé/accepté).
      Voyage? La bête dépasse les fameux 3 cm de La Poste, faut se renseigner. Mais c'est possible.

      Supprimer
  5. La musique saisit tout l'être en effet et l'on a du mal à mettre des mots, j'ai sur le métier si je peux dire trois biographies de musiciens et là tu me donnes un coup de pouce

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dimanche dernier j'ai assisté à un beau concert (musique russe, j'essaie d'élargir mes horizons, et c'était magnifique). Je ne sais pas trop en parler, non plus.
      J'attends tes biographies (Glenn Gould?)

      Supprimer
  6. Aah c'est bon parfois les belles surprises comme ça venant de romans inconnus qui croisent notre chemin sans crier gare. Oui, roman totalement pour toi, musique, maths, et... épais, ai-je lu dans les comm'.;-) Ça pourrait bien me parler aussi mais bon, là tu connais ma situation PALesque.;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ignore comment ce livre est arrivé (l'éditeur avait dû garder mon adresse sous le coude, quand même) mais: bon choix!

      Supprimer
  7. Ah tu sais dire les mots qu'il faut, toi... ou plutôt toucher la corde sensible ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je connais tes centres d'intérêt...^_^

      Supprimer
  8. Sans doute un beau livre, même si je ne suis pas certaine d'être suffisamment musicienne pour l'apprécier vraiment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je ne suis pas musicienne, j'aime écouter, c'est tout.

      Supprimer
  9. ..me voici, j'accours ! C' est donc un vrai pianiste caché derrière ce nom inconnu d'auteur ? En tout cas il semble y avoir de belles références ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois savoir que l'auteur voyage aussi pas mal... En tout cas, il sait faire aimer Beethoven (et les autres)

      Supprimer
  10. ... et merci pour la dédicace :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais au moins deux blogueuses qui adorent la musique dite classique!!! (musique accompagnant parfois du hip hop, ça décoiffe)

      Supprimer
  11. Un enfant musicien! Je me souviens de ma lecture de Jean Christophe de Romain Rolland (cela a peut-être vieilli depuis)et de son initiation à la musique, les portes de l'imagination qui s'ouvrent devant lui. Evidemment, cela doit être très différent de ce roman!En tout cas, cela me donne envie de la lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais oui, Jean-Christophe! J'ignore comment ça a vieilli, mais cela mérite d'être noté.

      Supprimer
  12. Bon, pour le sujet et vu ton enthousiasme, je le note. Cela me fait penser à Kit Armstrong, petit génie du piano et des maths. J'avais vu un documentaire sur lui et l'enseignement qu'il a reçu d'Alfred Brendel - excellent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Horreur, je ne connais pas Kit Armstrong! Merci de l'information...

      Supprimer
  13. A propos de Soif de Musique, de Romel.

    « On ne lâche pas ce livre, du début jusqu'à la fin. Sens du rythme, de l'intrigue, de la progression dramatique - voilà les qualités évidentes de ce roman.
    Mieux : Romel réussit à rendre intelligible pour le profane la dramaturgie inhérente à la vie d'un génie de la musique, depuis les premières leçons jusqu'aux concours internationaux. Mettre des mots sur des émotions musicales, quoi de plus difficile ? Et pourtant le lecteur les ressent, comme s'il était un spectateur dans une salle de concert.
    Enfin, dernier compliment, le choix du sujet : c'est original et très fort. Le parcours d'Hector qui, à 22 ans, choisit le silence m'a évidemment fait penser à la mythique figure de Rimbaud. Je n'avais jamais pensé que cette trajectoire courte et brillante et qui s’achève par une décision incompréhensible pouvait se retrouver dans d'autres disciplines artistiques. Grâce à Romel, je le sais. »
    Pauline Dreyfus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de votre intervention, je ne peux qu'être d'accord avec ce que vous en dites - et tellement bien.
      Oui, Rimbaud, mais j'ai aussi eu en tête le parcours de Glenn Gould, qui abandonna sa carrière de concertiste fort tôt. Le roman de Romel permet aussi de comprendre comment on peut décider d'arrêter.

      Supprimer
  14. Y a de chouettes textes chez Daphnis et Chloé ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attends, là, n'y aurait-il pas aussi??? qui je pense? ^_^

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !