vendredi 2 juin 2017

La mélancolie de la résistance

La mélancolie de la résistance
Az ellenálás melankóliája
László Krasznahorkai
Gallimard, 2006
Traduit par Joëlle Dufeuilly




Vraiment pas de chance ! Un instinct très sûr me conduit vers les livres moyennement épais - mais ce n'est pas le problème-, d'auteurs pas trop connus -toujours pas de problème, j'aime défricher-, denses (très très) et à longues phrases emberlificotées qui vous happent une fois dedans -là j'en entends qui disent 'longues phrases, adieu', mais des livres dont on ressort un poil assommé en se disant 'wahou c'est génial, je dois absolument convaincre la terre entière, un truc pareil, on en rencontre peu dans la vie d'un lecteur'.
Sauf que les billets sur ces livres là sont très très coton à écrire. Citer un passage relativement court, même pas en rêve. Par chance j'ai trouvé des courageux qui s'y sont lancés, voir les liens à la fin.

Il fait extrêmement froid quand Mme Pflaum s'installe dans un train bondé devant la ramener chez elle, une petite ville de Hongrie. Bien sûr ce n'est pas le train prévu, il est en retard, et la pauvre dame doit subir une promiscuité haïssable, elle, bourgeoise tranquille habituée au doux confort de son appartement étouffant sous les plantes vertes et les bibelots.
Arrivée enfin en ville saine et sauve, plus d'éclairage public, les tas d'ordures gelés bloquent les rues, rues et places sont vides, sauf parfois des hommes patibulaires rodant en groupes.
Mais que se passe-t-il dans le coin?
Et ce gros camion sur la place, un cirque montrant une baleine empaillée? Et tous ces badauds, attendent-ils de visiter ou quel est leur projet? Violent?

En fait peu de personnages nommés, à chaque chapitre c'est l'un d'eux sur qui tout se focalise, à hauteur d'homme (ou de femme). Par l'un on connaît mieux l'autre, l'histoire se déroule, implacable en dépit de digressions apparentes. Le mystère, le malaise, la peur rodent, toujours l'impression d'obscurité, de nuages. Et ça va péter, forcément.

Des moments grandioses. Valuska, quelque part l'innocent du roman, fait mimer une éclipse de soleil dans un café, par des types déjà bien imbibés. Eszter apprend sur le tas à planter des clous avec un marteau. Mme Eszter tombe vraiment amoureuse. Et ce dernier chapitre, la biologie de la décomposition!

Il faut accepter de se jeter dans le torrent, pour à la fin s'apercevoir de la construction maîtrisée.

"Avant-hier, l'énorme château d'eau situé au fond du parc Göndöcs s'était mis dangereusement - et pendant plusieurs minutes, - à vaciller au-dessus des petites maisons, phénomène qui -selon les dires d'un expert, le professeur de mathématiques et physique du lycée, responsable du laboratoire d'astronomie installé au sommet de la tout, lequel, interrompant une longue partie d'échecs solitaire, avait dévalé l'escalier, respiration coupée, pour propager la nouvelle - était totalement 'incompréhensible'.  Hier, l'horloge du clocher de l'église de la grand-place du centre-ville, muette depuis des décennies, avait fait tressaillir  les gens (galvanisant Mme Eszter), car trois des mécanismes rouillés, alors qu’autrefois les aiguilles avaient même été démontées, s'étaient soudain remis en marche et signalaient, depuis, l'écoulement du temps par de sourds battements, de plus en plus rapprochés."
(citation, pour l'ambiance)

Les avis de Charybde, le bruit des livres, stalker,  (et plein de passages)

Ce roman a inspiré un film, Les Harmonies Werckmeister, oui, en noir et blanc...
Valuska dans le café

La bande annonce

  Lire le monde

36 commentaires:

  1. J'ai commencé ma découverte (récente) de László Krasznahorkai par un recueil de nouvelles, qui porte les mêmes caractéristiques que le roman que tu décris. Une belle découverte cependant, ardue, hors des modes et de l'air du temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens d'aller voir, il semble qu'il y ait eu une LC, mais peu importe, j'aime bien aussi tomber sur un auteur de façon impromptue.
      Grande découverte, en effet!

      Supprimer
  2. Je me méfie un peu de ce genre de littérature. Je ne suis pas le bon public. Mon imaginaire n'entre pas facilement dans ces univers là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A priori je ne suis pas le public (sauf pour les trucs emberlificotés avec un poil d'humour, là ça passe)

      Supprimer
  3. Pas besoin de me convaincre, il était déjà sur ma PAL et Guerre et guerre, du même auteur, m'avait emballée (et encore, le mot est faible) : vu ce que tu écris dans ton billet, je ne peux que te conseiller de te le procurer au plus vite !!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Echange de bons procédés, alors! Mêmes réactions emballées.

      Supprimer
  4. Mission accomplie, tu as éveillé ma curiosité !

    RépondreSupprimer
  5. j'ai lu cet auteur il y a quelques temps mais je n'ai pas vraiment accroché

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est particulier, mais j'aime ce genre de livres.

      Supprimer
  6. Et en plus tu te plains de dénicher des bons livres ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ^_^ Oui, oui, parce qu'après question billets ce n'est pas facile! Mais je suis ravie de trouver encore des bouquins qui m'épatent!

      Supprimer
  7. C'est là que je me rends compte que j'aime plutôt les styles ou les narrations classiques... je crains de ne pas accrocher...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah j'aime les trucs qui vous emportent dans le flot (et avec humour au 12ème degré) sans parler des personnages 'différents' et pleins de poésie décalée.
      Mais ça ne passe pas forcément.
      A contrario, j'ai du mal avec les bouquins trop épurés en général.
      Heureusement, chacun trouve chaussure à son pied.

      Supprimer
  8. J'avais essayé de lire un de ses livres. Mais j'avoue que ces longues phrases que tu mentionnes et un je-ne-sais-quoi un peu flottant dans l'histoire m'avaient lassée... Peut-être aurait il fallu que je pousse plus loin ma lecture, mais à l'époque je n'en avais pas eu le courage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue avoir lu les 120 premières pages en salle d'attente des urgences, donc bien coincée, et après (ou bien avant quand même) j'étais trop ferrée...

      Supprimer
  9. Je ne sais pas... m'inquiète un peu ce genre de roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le lecteur ne craint rien, juste de se cogner à du hors normes. ^_^

      Supprimer
  10. pas toujours facile de faire passer l'enthousiasme et l'envie de donner à tous l'idée de lire ce qu'on juge comme un chef d’œuvre, et choisir un passage dans tant de beauté, c'est cruel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vie du lecteur est difficile, parfois. ^_^ Mais j'en connais qui aiment ce genre là. Ouf!

      Supprimer
  11. Méfiante, moi aussi, mais parfois j'aime ce qui hors du commun alors il me faudra essayer... un jour!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime ma zone de confort, et aussi les sentiers plus rugueux! Oui, essaie!

      Supprimer
  12. Je n'ai pas réussi à aller jusqu'au bout...Un autre essai plus tard...?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est particulier, je l'accorde! Des passages grandioses, et une unité (à la fin...)

      Supprimer
  13. Même si la rédaction de ce genre de billets te paraît coton, tu arrives toujours à me tenter et à nourrir ma liste à lire. Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! J'espère que tu pourras te lancer.

      Supprimer
  14. Une de mes collègues m'en parle régulièrement ! Il faut vraiment que je m'y colle, ce que tu en dis confirme totalement ses conseils

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouh là,le collègue! C'est bien d'avoir ce genre de conversations et de conseils... Oui, il faut s'y coller, sans stresser au départ. ^_^

      Supprimer
  15. Je te fais confiance et je l'ajoute à ma liste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Il n'est pas tout récent, donc il devrait se trouver en bibli.

      Supprimer
  16. il me le faut ! je suis un train de lire un autre de ses livres (qui a un titre à rallonge) et je me régale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yes! Hélas ma bibli ne possède que La mélancolie de la résistance, mais d'après le billet de Tête de lecture, il y a du bon par ailleurs chez lui. J'attends ça chez toi!

      Supprimer
  17. Très intrigant tout ça ! Tu semblas avoir mis la main sur un petit OLNI comme j'aime. Ton premier paragraphe m'a bien fait rire en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je croyais à une nouveauté, mais non. De toute façon c'est vraiment le roman (et l'auteur) à tester (oui, oui)

      Supprimer
  18. Je suis convaincue ! Le monsieur est noté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour éviter la casse (on ne sait jamais) emprunte en bibli! Mais je suis confiante.

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !