lundi 17 juillet 2017

La sonate à Bridgetower

La sonate à Bridgetower
(sonata mulattica)
Emmanuel Dongala
Actes sud, 2017


Quelle excellente idée a eu Emmanuel Dongala de nous offrir cette 'fiction fondée sur des faits réels", qui a dû lui valoir des heures de recherche documentaires, avec pour résultat un livre passionnant.

Il semblerait que George Bridgetower fut le premier dédicataire de la sonate à Kreutzer de Beethoven, rien que ça! Fils d'un noir originaire de la Barbade (ou bien?) et d'une polonaise (ou bien?), c'était un violoniste prodigue qui dès l'âge de 10 ans était connu à Paris puis Londres, poussé par son père qui se la jouait un peu Leopold Mozart, quoi. Paris en 1798, son ambiance culturelle et scientifique, puis Londres et Bath, et pour terminer, Vienne, prennent vie à nos yeux.

Musique, donc, mais on croise aussi le chevalier de Saint-Georges, Alexandre Dumas père, Herschel (et sa scientifique de soeur) , Lavoisier, Condorcet, on lit Laclos, Bernardin de Saint Pierre, on croise Olympe de Gouges, des défenseurs(seuses) de la cause féminine, et l'on découvre mille choses sur la vie des noirs à cette époque. Enfants serviteurs esclaves, en Angleterre, police des Noirs, en France, et des 'inconnus' tels Olaudiah Equiano et d'autres ayant laissé des Mémoires, les horreurs de l'esclavage arabe, le cruel destin post mortem d'Angelo Soliman.

Une lecture hautement recommandable (et élégamment écrite!) qui ouvrira les horizons du lecteur.

En 1800, vers l'âge de 20 ans https://fr.wikipedia.org/wiki/George_Bridgetower
Les avis de Gangoueus, Brize, Hélène, lecture écriture,
Lecture commune avec A Girl (merciiiiiiii): son billet

40 commentaires:

  1. Je l'ai noté, après une rencontre avec l'auteur, absolument passionnant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai entendu l'auteur à la radio, pour ce roman, et j'étais convaincue.

      Supprimer
  2. Te voilà bien plus enthousiaste que Fanja... ses réserves rejoignent mes craintes, alors j'hésite encore... Il est cependant en lice pour le prix des Rendez-Vous de l'Histoire : j'aurai peut-être à le lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas à le lire! Les réserves de Fanja sont celles que je ressens avant d'attaquer un roman historique, ici parfois on frôle la mise en scène sans toujours l'éviter, mais comme l'auteur n'insiste pas sur des pages et des pages, ça va. Quand il s'agit de romans dont je connais mieux l'arrière plan, ou quand vraiment l'auteur ne sait pas faire court, parfois ça ne passe pas du tout!

      Supprimer
  3. Et bien pourquoi pas ? même si je ne m'y serai pas penchée de moi-même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On apprend ou on révise beaucoup de choses intéressantes.

      Supprimer
  4. Je le note aussi, il y a un petit moment que je voulais découvrir cet auteur et le sujet m'intéresse hautement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vraiment un joli roman, bien écrit, on rit moins que pour Portrait de groupe, mais après tout cela ne s'y prêtait pas trop.

      Supprimer
  5. J'ai entendu l'auteur à Saint Malo, il est effectivement passionnant et cette année, il a expliqué qu'il avait trouvé qu'il était temps pour lui de sortir de la terre africaine. J'avais quand même hésité à acheter ce titre car il me semblait avoir lu des commentaires un peu mitigés. Mais je crois que je vais me laisser "ouvrir des horizons" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut laisser sa chance à ce roman, après tout l'auteur sort de ses terres (même si le sujet des noirs et de l'esclavage est abordé)

      Supprimer
  6. J'avais aimé mais il m'avait tout de même manqué un souffle romanesque

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, avec les personnages ayant existé, pas trop moyen de sortir des clous!

      Supprimer
  7. ah enfin un dont je connais le nom !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux noter, pour changer du continent américain (auquel on revient toujours, là je lis Craig Johnson!)

      Supprimer
  8. Un auteur que j'aimerais bien découvrir. Je note!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette fois, après des thèmes plus africains, il passe en Europe!

      Supprimer
  9. Actes sud on est rarement déçu 😉 la couverture est très Belle ( comme souvent d'ailleurs chez actes sud) ce qui ne gâche rien 😌 bisous, bel été keisha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Totalement d'accord avec toi, les choix, les couvertures (et le papier), Actes sud mérite qu'n y prête attention.

      Supprimer
  10. Décidément nous lisons les mêmes livres en ce moment (Johnson, Dalembert et celui-ci) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma foi, les bons romans (assez récents), agréables et instructifs, ça nous attire, donc, normal qu'on les retrouve!

      Supprimer
  11. C'est plus que tentant d'autant plus que j'ai déjà un ou deux livres sur la musique à lire cela va me faire un petit ensemble sympa
    C'est noté tu as bien fait de le dénicher celui là

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un bel ensemble, qui de plus ne doit pas lasser, n'est-ce pas? Après Enquist (et Bach), j'ai lu avec plaisir Dongala (et Beethoven). Je t'attends!

      Supprimer
  12. Noté, mais je craignais un peu une narration trop difficile... un peu rassurée, je suis tentée aussi par Portrait de groupe au bord du fleuve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Deux romans fort différents, je t'assure! L'auteur s'adapte à l'époque évoquée.

      Supprimer
  13. Ouioui, l'écriture de ce roman lui a valu bien des heures de recherche documentaire, même sur le vocabulaire de l'époque, mais il y a pris beaucoup de plaisir, il a appris énormément sur l'époque et a visiblement pris plaisir aussi à partager ses découvertes.^^ Roman très documenté, peut-être un poil chargé justement mais bon, ce n'est pas un exercice facile le roman historique autour de personnages ayant vraiment existé, et il s'en sort quand même bien même si j'ai émis quelques bémols.
    Sinon je n'en reviens pas que Beethoven ait fait sa tête de cochon au point de ne plus dédier sa sonate à Bridgetower. Quelles passages le récit de sa composition !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le problème des romans historiques, et la raison pour laquelle j'en lis peu (si je sens l'accumulation de détails, je fuis, autant lire un documentaire). Mais là, bon, ça a passé, Dongala ne s'attarde jamais.
      Beethoven : j'ignorais totalement cette facette du personnage!

      Supprimer
  14. Me voilà tentée par cette lecture musicale et intelligente.

    RépondreSupprimer
  15. Je suis bien tentée malgré les défauts évoqués dans les commentaires. Curieuse de retrouver l'ambiance du récit d'Equiano qui m'avait beaucoup intriguée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait on évoquait surtout les défauts possibles inhérents au genre, Dongala les a frôlés ou pas, c'est selon les lecteurs.

      Supprimer
  16. Oh, ça a l'air juste trop bien (ouais, je commente en mode djeuns!) La sonate à Kreutzer, ça me plait et cette sous-histoire... je sui curieuse!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Te connaissant comme lectrice curieuse, oui, je pense que cette histoire te plairait!!!

      Supprimer
  17. un coup de cœur de mes amies du club de lecture, mais je l'ai laissé passé faute de temps. merci du rappel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu lui laisseras bien sa place, n'est-ce pas?

      Supprimer
  18. Une lecture qui pourrait me plaire.
    Une lecture qui ouvre les horizons ça j'aime ♥
    Et les toujours magnifiques couvertures des éditions Actes Sud
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, pour les couvertures!
      Une lecture où on apprend beaucoup, où on relie des connaissances antérieures, oui c'est bien.

      Supprimer
  19. Vue le sujet musical, je l'avais repéré mais je ne sais pas trop... On verra. Pas un achat, en tout cas; plutôt la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, la bibli, sinon à quoi servirait-elle? ^_^

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!