lundi 27 novembre 2017

La course

La course
The race
Nina Allan
Tristram, 2017
Traduit par Bernard Sigaud


Après Complications je me suis jetée sur cette Course, annoncée comme étant enfin un roman de Nina Allan, après des nouvelles remarquables et remarquées.

Bienvenue à Sapphire, ex station balnéaire du sud de l'Angleterre. Les marais ont été asséchés, l'industrie s'est installée (extraction de gaz de schiste?), bref, c'est désormais ruines industrielles, pollution, et misère.
Le coin est désormais connu pour ses élevages et ses courses de lévriers, mais attention, des lévriers transgéniques, capables de performances incroyables, surtout lorsqu'ils sont bien coachés par un 'pisteur', un humain doté d'une puce lui permettant de 'communiquer' avec son animal.
Del, le frère de Jenna, n'a pu devenir pisteur, mais il fera concourir Lim dans une course qu'il doit absolument gagner, le gain servant à payer la rançon de Maree, sa toute petite fille enlevée pour des raisons obscures (quoique). La narratrice Jenna confectionne de magnifiques gants pour les pisteurs.

130 pages, et puis brusquement l'on passe à Christy, l'on bascule dans une autre histoire. Pourtant les mères de Jenna et Christy ont toutes deux disparu du domicile familial, les deux jeunes filles ont un frère. Un lien semble apparaître, Christy deviendrait-elle l'auteur de la première partie?
En tout cas en troisième partie, en gros vingt ans plus tard, elle est écrivain. Puis la dernière partie nous apprend ce qu'est devenue Maree. Pour achever de déboussoler le lecteur, le livre de Nina Allan se termine par une nouvelle de Christy Peller, avec toujours Maree comme héroïne.

Le lecteur se doit donc de demeurer attentif et de guetter les multiples détails parsemés dans ces histoires à première vue indépendantes, des histoires 'en miroir' (et je n'utilise pas ce mot par hasard).

"C'était une idée qui ne m'était jamais venue à l'esprit - que vous pouviez écrire un livre sur un lieu réel, un lieu que vous connaissiez bien,et pouviez, rien qu'en modifiant et en ajoutant de menus détails, le changer en quelque chose de complètement différent. Un lieu où il se passait de belles choses, ou des choses affreuses."

Ladite science fiction peut consister tout simplement en de légers décalages du réel, tout en subtilité. Nina Allan est extrêmement douée dans ce domaine. Ses histoires sont parfaitement 'normales', avec ce petit pas de côté que l'on finit par quasiment oublier, jusqu'à ce que...

Les avis de Charybde,

Tristram est l'éditeur du mois chez Tête de lecture.

32 commentaires:

  1. Je ne suis pas une grande fan de science-fiction et le système de narration que tu décris ici me rebuterais, j'en ai bien peur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu lis ce type de textes, je le sais (Les buveurs de lumière, ça m'en a l'air) et je te garantis une écriture de belle valeur.

      Supprimer
  2. comme Aifelle j'en lis mais à toute petite dose je ne suis pas fan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Garanti sans hommes verts et grosse technologie. Finalement, roman 'normal' ^_^ (à un ou deux poils près)

      Supprimer
  3. Pas sûre non plus que ce soit un truc pour moi...

    RépondreSupprimer
  4. Ce n'est plus le liroir le long du chemin mais LES miroirs. Ingénieux surtout si ce n'est pas qu'un exercice de style!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument pas un exercice de style, de toute façon le roman se lit 'comme un roman' et on oublie le côté u peu décalé.

      Supprimer
  5. Il m'arrive de temps en temps de lire de la science-fiction, alors pourquoi pas celui-là… (Goran : https://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est assez soft comme SF, je préviens.

      Supprimer
  6. Décidément, très alléchant encore ! Ce résumé me fait un peu penser à Sept yeux de chats (au niveau de la construction)... je note, bien sûr!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, pourquoi pas? J'aime beaucoup l'ambiance que l'auteur sait créer.

      Supprimer
  7. ah tiens? Si la SF est légèrement présente, ça me va...
    Quelle silhouette ce chien!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela se passe un siècle après le notre, disons, mais tout s'accepte très bien.

      Supprimer
  8. Une fois de plus, je ne connais pas et ça ne m'attire pas trop ! Tant mieux ! J'ai tant à lire !
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de souci! L'essentiel est que tu sois bien pourvu en belles lectures.

      Supprimer
  9. J'admire ta performance et je sens aussi que tu es un peu gênée par les réactions des commentateurs et commentarices! comme tu ne peux pas divulgâcher les effets dramatiques du livre, plusieurs pensent à de la science fiction et se disent qu'elles ne liront pas ce livre. Et cela te déçoit car tu as aimé ta lecture et tu voudrais bien la partager. Si tu me racontes la fin je m'y mettrai peut-être car je déteste les suspens ! Seulement tu vas te faire détester d'une grande partie de la blogosphère. Allez Choisis: entre tout le monde ou moi!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh c'est difficile de rendre compte du charme et de l'étrangeté du roman!
      Disons que Maree est enlevée, mais comme on la retrouve on connaît sa vie, ses choix et la fin est plutôt ouverte (comme la vraie vie, tu sais, on n'en sait pas tout)
      Pareil pour Christy, l'on apprend les choses sur ce qu'elle devient (ainsi que son frère) au détour d'une histoire, mais n'attends rien de sensationnel.
      Si j'avais dit 'roman psychologique', j'aurais aussi été près de la vérité.

      Supprimer
  10. Je suis assez SF comme tu sais mais là, je ne sais pas, le contexte et les thèmes apparents ne me parlent pas trop. (je t'avais prévenu que mon bouclier anti-PAL était solide^en ce moment^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Inganmic pensait à Sept yeux de chat. Bon, je n'insiste pas, on ne sait jamais, au hasard des rencontres en bibli...

      Supprimer
  11. Bonjour Keisha, ce roman m'a l'air un peu tordu et pas si science-fiction que cela. Je ne connais pas l'écrivain. Je note d'autant plus que j'aime bien la couverture avec le chien. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as compris, oui, pas si SF que cela. Peut-être le croiseras-tu en bibli?

      Supprimer
  12. Ouah ouh une lecture qui demande de l'attention on dirait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu le vois en bibli, tu pourras tenter, voilà.

      Supprimer
  13. Je suis loin d'être une lectrice attentive (il m'est arrivée d'aller chez Wikipedia pour comprendre la fin d'un roman) mais je note quand même. Je sens la bizarrerie et l'enthousiasme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ose parler trop fort de SF, car ça peut écarter des lecteurs potentiels qui seraient sensibles à la subtilité de l'histoire. On peut écarter le 'bizarre' et se plonger dans le roman.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!