vendredi 12 janvier 2018

Ouvrez l'oeil!

Ouvrez l'oeil!
Julian Barnes
Mercure de France, 2017
Traduit par Jean-Pierre Aoustin et Jean Pavans


Grâce à cette lecture, où je me suis délectée de l'écriture si élégante de l'auteur (je suppose que c'est aussi très bien traduit), j'ai découvert que Barnes a aussi écrit des chroniques consacrées à des peintres, et voilà réunies celles couvrant les décennies 1990 à 2010.

"Géricault: de la catastrophe à l'oeuvre d'art" plonge d'abord le lecteur dans cette catastrophe (le naufrage de La Méduse) dont je connaissais si peu, puis vient le tour de Delacroix, Courbet, Manet, Fantin-Latour, Cézanne, Degas, Redon, Bonnard, Vuillard, Vallotton, Braque, Magritte, Oldenbourg (pas un peintre), Freud et Hodgkin, par d'ailleurs un ami de Barnes. Surtout des français, et 19ème- 20ème siècle, qui ces dernières années ont sûrement eu droit à des expositions parisiennes.

Je n'ai donc pu m'empêcher de penser aux blogueuses bravant les aléas des transports en commun (j'ai des noms!) pour admirer diverses œuvres : ce livre est pour elles!

Mais gare, Barnes pointe le problème de ces expositions 'à ne pas rater'
"Combien de temps restons-nous devant une belle peinture? Dix secondes, trente? Deux minutes entières? Et puis combien de temps devant chaque bon tableau des séries de 300 numéros qui sont devenues la norme pour chaque exposition d'un peintre majeur? Deux minutes devant chacun feraient dix heures en tout (sans compter le déjeuner, le thé et les pauses aux toilettes). levez la main, ceux qui ont consacré dix heures de suite à Matisse, Magritte ou Degas!Je sais que je ne l'ai jamais fait. Bien sûr,  nous faisons notre marché, l'oeil présélectionne ce qui l'attire aussitôt (ou ce qu'il connaît déjà); même un spectateur avec de super talents d'habitué des expositions, qui sait exactement quelle est la corrélation entre le taux de sucre sanguin et le plaisir artistique, qui peut affronter les espaces vides et n'a pas peur, si nécessaire, de remonter à l'envers la chronologie des tableaux, qui refuse d'user son regard à parcourir les catalogues et de tendre le cou vers les titres, qui est d'assez haute taille pour voir par-dessus les têtes et assez robuste pour repousser les coups d'épaule des fanatiques enturbannés par leurs écouteurs- même un tel spectateur arrive au boit d'une grand exposition avec un regret furieux de ce qui aurait pu être."

Pour Barnes, l'une des meilleures expositions qu'il ait vues est celle occupant six salles, "consacrée à un seul tableau, ou, plutôt à un seul sujet: L'exécution de Maximilien, de Manet." Il en existe trois versions, dont va parler Barnes bien sûr. Voir l'article complet sur wikipedia, avec les versions et des parties des tableaux, ainsi que des explications.

Une question est sur les lèvres : et les reproductions des œuvres, dans ce livre ? (319 pages, 24 euros). Elles sont nombreuses, en couleurs, dans le texte, mais hélas ne figurent pas toutes celles auxquelles Bernes se réfère, ce qui est frustrant, mais peut se régler en allant regarder sur internet, après tout.

Pour terminer, disons que ce livre est parfaitement lisible avec bonheur, donne une grosse envie de filer en musée ou en expo; l'on apprend à regarder certaines œuvres, à réfléchir aux rapports entre notre avis sur une oeuvre, et ce que l'on sait -ou pas -par ailleurs de la vie de l'artiste. L'on sent parfois un petit peu vers qui penche l'auteur, mais il égratigne surtout des artistes du 20ème siècle (et pas tous!)

44 commentaires:

  1. Voilà qui m'intéresse bien. Tu as oublié celles qui voudraient bien regarder un tableau mais qui voient des dos de gens collés pour 5 minutes avec l'audioguide et les smartphones de ceux qui prennent des photos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et faire la queue pour regarder un L De Vinci? Je n'ai même pas pris de photo de ce (magnifique) tableau à l'Ermitage tellement j'étais agacée (mais j'ai pris en photo les photographes)
      Quand j'ai visité la fondation LV (Paris) ma visite a été gâchée par les conditions de visite...
      Que faire? Se contenter des coins moins fréquentés?
      Bref, ce livre devrait te plaire, tu penses bien. L'occasion de voir autrement certains peintres.

      Supprimer
  2. Bonjour Keisha, quand je lis ton billet, je me rends compte que c'est pour ça que je ne vais pas souvent voir des expos: il y a trop de monde devant chaque tableau ou objet. On suit le troupeau. Et ne parlons pas de audiophones : les visiteurs restent plantés devant un tableau et on ne voit rien. Je note le livre de cet Anglais si francophile. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, les parisiens sont sur place (on les envie) mais hélas ils ne peuvent supprimer le public! J'ai eu de mauvais souvenirs de visites d'expos, je n'y vais plus guère. Ou alors du moins couru ou carrément en province (à Tours par exemple il y a un beau musée moderne)

      Supprimer
  3. Ah il peut m'intéresser celui-là ! Les grosses expos parisiennes, je n'y vais plus guère, les conditions de visite sont trop mauvaises. Les expos que j'abrège parce que j'en n'en peux plus de la foule et de la bousculade, j'en ai marre. Je préfère me tourner vers des musées moins fréquentés ou des artistes moins connus. Bon, je ferai une exception au printemps pour Mary Cassatt au musée André Jacquemart.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce livre est pour toi, c'est sûr! ^_^
      Je me souviens de la fondation LV, la foule,etc., mais heureusement le cadre, l'architecture, et la vue ont sauvé la visite! ^_^
      Je me souviens de Hokusaï en moins d'une heure, je n'en pouvais plus... On en est réduit à choisir le moins couru (et pas forcément moins intéressant)

      Supprimer
  4. Ce qui est intéressant aussi c'est de s'intéresser aux raisons du succès de certaines oeuvres. La Joconde, par exemple, ne seraient sans doute pas LE tableau à voir quand on vient au Louvre si elle n'avait pas été volée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah j'ignorais cette conséquence du vol, tiens. Même si c'est tout de même un beau tableau. Je me souviens de l'époque où elle était dans la même salle que L'homme au gant, un chouchou devant lequel je pouvais me poser sans problèmes.

      Supprimer
  5. Merci pour ta modération, j'ai souvent du mal sur le blog d'Hélène qui me demande de cocher des voitures ! non mais...

    sinon, ce livre est parfait pour les amoureux des œuvres d'art comme toi. Je suis retournée trois fois dans le même musée tellement j'ai eu besoin de m'imprégner des œuvres, ça compte docteur ?

    Je le note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélène et moi ne sommes pas sur la même plateforme de blog, mais je n'ai jamais eu de voitures à cocher chez elle(et floues, c'est teeeeellement plus fun, non? ^_^)
      Je modère les commentaires, à mon grand regret, car ils sont cachés tant que je n'arrive pas, et en plus j'ai des spams. Mais le confort de mes visiteurs est le plus important. Aifelle (canalblog) m'a confirmé qu'il n'y a pas de problèmes pour poster ici, ouf.
      Au fait, le musée de Nantes, un jour je le visiterai, c'est de celui-ci que tu parles?
      Il m'est arrivé de voir deux fois la même expo! Donc rien de grave chez toi.

      Supprimer
  6. J'avoue que je passe toujours trop vite devant les œuvres. Celles qui attirent vraiment l’œil ont le droit à une vraie attention mais les autres ne sont en général que survolées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand un guide décortique (un peu) une oeuvre, franchement ça vaut le coup, on passe moins vite. Rien que ma lecture de Barnes m'a aidée, je l'espère.

      Supprimer
  7. Pas trop pour moi, qui ne suis à la base pas fan des musées !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut dire que les musées ont pas mal évolué, c'est bien mieux fait maintenant. Mais ça reste qu'on peut rester pas fan, surtout si en plus il y a trop de monde.

      Supprimer
  8. J'aime beaucoup Julian Barnes et j'avais remarqué ce livre qui lui va bien je trouve. Ton billet relance mon envie de le lire, son regard élégant de britannique francophile m'intéresse et me réjouit en général.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup Barnes, francophile sans aucun doute, qui sait faire passer ses connaissances, ici, et qui d'ordinaire produit des romans bien écrits et pleins de finesse...

      Supprimer
  9. un livre que j'hésitais à lire parce tous les artistes de son catalogue ne sont pas ma tasse de thé mais il y en a quand même pas mal qui m'attirent, bon ton conseil est bon je vais tenter de mettre la main dessus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qu'il dit de certains tableaux de Courbet, par exemple, m'a vraiment fait ouvrir l'oeil(ce n'est pas un peintre vers lequel je vais forcément)
      Tente en bibli, tu ne risques rien!

      Supprimer
  10. J'aurais dû me le faire offrir à Noël.

    RépondreSupprimer
  11. Loo Une pause livre12 janvier 2018 à 19:38

    J'avais beaucoup apprécié une expo de Monet car juste avant j'avais suivi une conférence qui nous avait apporté une multitude d'informations sur le peintre et les oeuvre. Du coup mon regard sur certains tableaux à été bien différent car celui de sa femme morte. Depuis je fais toujours la comparaison avec les expos faites sans aucune connaissance. Ça change énormément. Pour ce qui est du mode comme je suis sur Paris je m'arrange pour y aller tard en semaine et je sélectionne aussi car sinon je ressort la tête farcie. Merci pour la présentation de ce livre. J'aime bien les regards différents sur les peintures.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes bien d'accord, visiter avec des indications (même avant) c'est bien plus agréable, on en profite mieux.
      La visite qui m'a laissé un mauvais souvenir, c'était un jeudi pourtant, hors vacances scolaires, mais...

      Supprimer
  12. Je ne sais pas si je le lirai mais cela parait vraiment intéressant, surtout écrit par Julian Barnes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est son nom qui m'a attirée d'abord, je préfère grandement quand c'est assez aisé à lire!

      Supprimer
  13. Je me demandais ce que ça pouvait donner, justement ! Tu me donnes assez envie de le lire. J'adore les expos. Il y a un truc que j'adore faire, c'est, une fois que j'ai tout vu, retourner et m'attarder à nouveau et plus longuement encore sur les deux, trois ou quatre toiles que j'ai trouvées vraiment belles :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien les expos, mais ça dépend des conditions de visite! Revoir quelques oeuvres après est une bonne idée, on savoure.

      Supprimer
  14. Je suis nul en art et, en général, je n'aime pas les toiles que l'on porte aux nues ! J'ai mes coups de coeur, c'est pareil pour la poésie, mais je ne recherche pas les salles d'exposition !
    Bon weekend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas connaisseuse non plus, je me laisse porter par le regard, et j'aime bien choisir quelques oeuvres que j'aimerais ramener à la maison (en rêve)

      Supprimer
  15. Quand j'étais chez Flamm, comme je travaillais dans le département Illustrés/Beaux-Arts, j'ai pu profiter de chouettes expos visitées en privé avec conférencier. On ne reste jamais assez longtemps hélas, mais avoir les salles pour soi, sans la foule, ça change beaucoup de choses aussi. Bon, ça me manque un peu ça.^^
    Tiens, quand j'y pense, Zao Wou-ki, on aurait pu y rester des heures !!:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah quelle chance tu avais, j'espère que tu en as bien profité.
      Sinon, oui, il y a la province, parfois on se retrouve seul ou presque, c'est fantastique! (et avec de belles expos)(ZWK dans ces conditions là, c'est le rêve!)

      Supprimer
  16. Un Julian Barnes récent et que je n'ai pas lu ? Des chroniques sur l'art ? Il me le faut, celui-là !
    Je me souviens d'une expo au musée d'Orsay sur un seul tableau : Le déjeuner sur l'herbe de Manet, c'était effectivement passionnant et moins soulant que trois cent tableaux d'un même artiste.
    Sinon, il faut aller voir les expos en province, il y en a de très bien aussi, ou les expos de photos, moins courues ! (v. mon billet du jour !) :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute, j'ai eu la même réaction quand je l'ai vu à la bibli: 'quoi on ne me dit rien!' Il a vite sauté dans ma besace, celui-là.
      La quantité (même si de qualité) demande du temps, qu'on n'a pas,lors d'une unique visite, donc mieux vaut moins d'oeuvres...
      Le déjeuner sur l'herbe devait de toute façon mériter du temps!
      En province, oui, tu n'as pas à me convaincre (je suis allée deux fois au nouveau centre contemporain à Tours, les expos changent, et je me régale régulièrement au Château de Tours, avec plein d'expos photo entre autres. (Vivian Meier, Ronis, Capa, etc.)

      Supprimer
  17. On va sans doute trop vite, mais parfois, il y a ce moment magique, quand on est hypnotisé par une oeuvre... On avance, et puis on trouve un prétexte, on tourne en rond, on rejoint l'ami laissé en arrière, pour retourner le contempler. Et quand on part, on se sent grandi, un peu plus riche de cette oeuvre qu'on emporte avec nous dans un coin de tête...
    Et puis il y a pour les privilégiés le bonheur de pouvoir retourner régulièrement dans un musée. J'adore aller dans la galerie des impressionnistes à Orsay revoir les tableaux... 30 secondes + 30 secondes + 30 secondes, au bout d'un moment, on atteint les 2 minutes j'imagine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu en parles bien, de ces moments là, pas forcément devant une oeuvre connue, mais que l'on a élue!
      Dernièrement je suis tombée amoureuse des tableaux de Zao Wou Ki...
      Retourner à Orsay, tranquillement, sans expo particulière, est dans mes projets...

      Supprimer
  18. J'ai de bons souvenirs de lecture de Barnes et celui-ci, je ne l'avais pas vu passer ! Il me plairait, même si je suis une adepte d'expositions :) ( mais je suis très lente, je vais, je reviens, je regarde trois fois ce qui m'interpelle ... ^-^ ). Dommage qu'il n'y ait pas toutes les oeuvres citées, mais, après tout, ça aiguise la curiosité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore une bonne surprise de la bibli! (rien vu sur les blogs), tu parles si j'ai sauté dessus!
      Ah l'envie de retourner voir une expo me démange...

      Supprimer
  19. C'est un livre qui me plairait certainement pour découvrir les peintres dont il parle.. Mais je trouve qu'il enfonce un peu des portes ouvertes dans sa critique des expositions. Et alors, oui, c'est évident, on préfèrerait être seul et pouvoir regarder longuement les oeuvres, mais que la culture soit accessible au grand nombre, est une bonne chose. Et ce que j'aurai glané, j'en parle par expérience, me nourrira longtemps même si les conditions de visite sont imparfaites!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai sans doute choisi un passage qui m'a interpellé, juste pour donner un clin d'oeil, mais ce n'est pas le sujet principal du livre, qui est 'peintres et leurs oeuvres, et leur vie', en gros, quoi. Donc ce livre devrait te plaire.

      Supprimer
  20. je vais faire paraître une chronique sur cet auteur très prochainement. Pour les visites d'expo avec le système de réservations c'est beaucoup plus confortable. Je trouve que les goûts en peinture évolue beaucoup avec l'âge et la fréquentation des œuvres. Je ne me lasse pas de Chardin et je me lasse de Fantin-Latour , je ne sais pas pourquoi..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, comme en littérature, les goûts évoluent, et tant mieux! J'essaie de réserver aussi, et de choisir des moments supposés avec moins d'affluence, mais ce n'est pas toujours gagné!

      Supprimer
  21. Pas sûre que le livre me plaise, j'ai un méchant préjugé sur la critique esthétique des écrivains (hélas, 10 ans d'histoire de l'art au compteur) et pourtant... moi qui écume les musées ! Mon truc pour vraiment regarder les tableaux: les photographier, ça me force à concentrer mon regard et à sélectionner ce que je vois... Ceci dit, même avec quelques années de pratique, les musées restent fatigants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Photographier? Cela m'arrive, mais avec les vitres, les têtes, etc... pas toujours facile. Je regarde (et j'oublie). Ou alors sélectionner les musées pas trop courus, là on prend plaisir.
      10 ans d'histoire de l'art? Ouh là ça doit aider quand même pour bien apprécier ce qu'on voit, avoir des outils, quoi.

      Supprimer
  22. Peinture et l'écriture de Barnes, je dis oui!

    RépondreSupprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!